Article

La livraison du dernier kilomètre peut-elle faire face à la frénésie de Noël ?

03 décembre 2020

L’e-commerce, déjà en plein essor, devrait jouer un rôle plus important que jamais dans les dépenses de fin d’année.

Alors que les prestataires logistiques et les commerçants doivent faire face à des volumes plus importants de commandes en ligne cette année, la livraison du dernier kilomètre s’adapte pour que les marchandises arrivent à destination dans des délais de plus en plus courts.

Les dépenses de Noël en ligne au Royaume-Uni devraient dépasser les ventes physiques des magasins pour la toute première fois, selon une étude réalisée par le service de messagerie ParcelHero, même si les dépenses saisonnières globales devraient être les mêmes, soit environ 78 milliards de livres sterling.

Dans toute l'Europe, l’e-commerce s'est considérablement développé pendant la pandémie - en Allemagne, par exemple, on prévoit qu'il augmentera de 10 % cette année pour atteindre 103 milliards d'euros.

« À l'approche du premier Noël numérique, la question se pose à la fois de savoir comment les colis sont livrés en centres-villes et quels sont les meilleurs emplacements pour les entrepôts », explique Patrick Remords, directeur Supply Chain & Logistics Solutions chez JLL.

"Ces dernières années, la supply chain est devenue de plus en plus axée sur le consommateur", dit-il. La rapidité de livraison était déjà un facteur majeur dans la décision d'achat, les principaux sites de commerce en ligne offrant des options de livraison le jour même.

"Cette année, alors que davantage de personnes commanderont tôt en ligne, d'autres attendront de voir si les verrouillages sont levés et les magasins physiques réouverts. Si ce n'est pas le cas, il y a un risque de pression importante sur les prestataires logistiques dans la semaine précédant Noël".

En prévision d'un mois chargé, La Poste en France embauche 9 000 personnes, tandis que le service postal britannique Royal Mail engage un nombre record de personnel provisoire pour Noël.

D'autres facteurs de réussite de la logistique du dernier kilomètre sont à plus long terme. Plus que jamais, les entrepôts situés à des endroits stratégiques en bordure des grandes zones urbaines seront très demandés, car les prestataires logistiques et les détaillants cherchent à se rapprocher le plus possible du lieu de résidence des consommateurs.

Trouver de nouvelles façons d’acheminer les marchandises

La livraison du dernier kilomètre devient donc plus créative - d'autant plus que de plus en plus de villes européennes cherchent à réduire la circulation et la pollution dans leurs rues. Alors qu'ils n'en sont encore qu'à leurs débuts, les mini-véhicules électriques et les vélos de transport se répandent dans les villes européennes ; contrairement aux gros véhicules de livraison, ils sont autorisés à entrer dans les villes aux heures de pointe de la journée.

Dans la banlieue de Hounslow à Londres, le premier véhicule de livraison électrique autonome du Royaume-Uni, Kar-go, a récemment fait ses débuts en livrant des fournitures médicales sans contact. À Milton Keynes, la coopérative déploie une troupe de 80 robots de livraison de type "Starship" pour apporter des provisions aux personnes isolées chez elles. D'ici 2030, quelque 20 % des colis dans le monde pourraient être livrés par des drones, des robots ou des AV, selon une étude de Lux Research.

Ces dernières années, la supply chain est devenue de plus en plus axée sur le consommateur.

Patrick Remords, Directeur Supply Chain & Logistics Solutions , JLL France
Plus près des consommateurs

Il faudra davantage de micro-dépôts comme celui lancé par le service de messagerie DPD dans le centre de Londres l'année dernière. Selon Interact Analysis, le Royaume-Uni pourrait disposer de 80 centres de micro-remplissage d'ici 2023, dont certains seraient autonomes et d'autres feraient partie de magasins plus importants, comme ceux prévus par la chaîne de supermarchés Tesco.

Alors que Noël fait monter les enchères à court terme, les entreprises de logistique pensent à plus long terme, la pandémie ayant un effet sismique sur les habitudes d'achat de longue date.

"Pour de nombreux sites de commerce en ligne et les 3PL, c'est comme si c'était Noël toute l'année", explique M. Smart. "Cela a vraiment mis en évidence la nécessité d'être aussi proche que possible des consommateurs - les entrepôts situés dans des endroits de premier choix n'ont jamais été aussi recherchés".

Il souligne que les fournisseurs de services de colis et de marchandises signent des baux plus longs pour les entrepôts urbains et s'engagent à s'installer pour 25 ans dans certains lieux centraux afin de garantir l'approvisionnement en produits par le biais de vélos-cargo. "C'est une preuve supplémentaire que les emplacements urbains sont là pour rester", ajoute-t-il.

Et bien qu'il existe des différences entre les pays européens en termes de préférences des acheteurs pour recevoir leurs marchandises - click-and-collect, casiers à colis ou un point de dépôt hors du domicile - sans parler du rythme auquel les achats en ligne augmentent, la livraison du dernier kilomètre continuera de poser problème aux commerçants et aux 3PL.

Supply chain, Immobilier logistique & industriel

La crise du COVID-19 a bouleversé notre façon de travailler. Découvrez nos solutions (re)imagine pour vous aider votre entreprise à développer un futur plus résilient et adaptable.