Article

Investir dans le bien-être des salariés, une nouvelle priorité pour les entreprises

Le bien-être est le nouveau mot d’ordre de toutes les entreprises. Elles sont toutes conscientes qu'elles doivent s'emparer de ce sujet afin d'accompagner le travail hybride.

06 avril 2021

Autrefois révolutionnaires, les abonnements gratuits à la salle de sport ou les cours de yoga dispensés entre midi et deux font aujourd’hui place à des programmes complets axés sur la santé mentale, la nutrition et le sport.  

Au Royaume-Uni, 86 % des employeurs déclarent adopter une nouvelle approche de la santé et du bien-être des salariés avec la crise sanitaire. De l’autre côté de l’Atlantique, plus de la moitié des entreprises américaines proposent des programmes spécifiques dédiés la santé mentale et émotionnelle.

« Le bien-être est le nouveau mot d’ordre de toutes les entreprises. La santé des salariés et la santé financière sont désormais sur un pied d’égalité », explique Flore Pradère, Directrice Recherche Entreprises chez JLL. « Bien entendu, toutes les organisations n’en sont pas au même stade, mais elles sont toutes conscientes qu’elles doivent s’emparer de ces sujets afin d’atténuer l’anxiété liée à la période de crise et de pallier les difficultés nées avec le travail à distance intensif. »

L’accompagnement du télétravail, un levier pour mieux gérer la crise 

« Malgré la crise, la plupart des salariés sont restés engagés et investis dans leur travail », déclare Rémi Calvayrac, Head of Workplace & Design chez JLL. « Ils souhaitent en retour que leur employeur les soutienne et prenne en compte leurs nouvelles attentes. »

La santé est un vaste sujet, mais accompagner le home-office constitue une première brique essentielle. Google a offert jusqu’à 850 euros à ses collaborateurs pour bien s’équiper à la maison ! Le leader de l’Intelligence Artificielle Benevolent AI encourage ses salariés en télétravail à aller marcher régulièrement, tandis que le fournisseur de solutions logicielles Intelliflo a instauré des pauses Zoom pour se retrouver de façon informelle, même à distance.

L’équilibre de vie, un sujet au cœur de préoccupations 

Selon les dernières études publiées par JLL, les salariés préfèrent désormais avoir un meilleur équilibre de vie qu’un salaire confortable. « Miser sur la santé physique, sociale et mentale des salariés est un pari de long terme, qui promet une résilience organisationnelle et une performance accrues. » explique Flore Pradère. « Les employeurs en sont conscients et explorent des pistes pour offrir plus de flexibilité à leurs salariés et se montrer à l’écoute de leurs nouvelles priorités. Cela passe par un management par la confiance et un gain d’autonomie ».

Depuis la crise, de nombreuses entreprises proposent aux parents qui doivent garder leurs enfants d’adopter des horaires flexibles. PepsiCo a par exemple organisé une colonie de vacances virtuelle pour aider les parents salariés. Unilever en Nouvelle-Zélande pousse la flexibilité un cran plus loin et se lance dans la semaine de quatre jours.


Le bien-être, pierre angulaire de la conception des bureaux demain

Avec l’adoption du travail hybride, les bureaux sont beaucoup moins fréquentés. Pour les entreprises, c’est l’occasion de redistribuer leurs espaces : moins de postes de travail et d’avantage d’espaces communs qui renforcent le sentiment d’appartenance et la sérendipité - mais également des zones de calme et de détente, qui favorisent la concentration et réduisent le niveau de stress.

Pour Rémi Calvayrac, « Les entreprises repensent leurs espaces afin de mettre en valeur les avantages uniques du bureau : l’apprentissage, les interactions spontanées, la socialisation et la créativité. Les employeurs réalisent qu’ils doivent repositionner les collaborateurs et leurs besoins au cœur de leur réflexion. »


Le bureau serviciel, un incontournable à l’avenir 

« Nous passons près d’un tiers de notre vie au travail. Le lieu de travail a donc un impact considérable sur la qualité de vie des individus », déclare Flore Pradère. « C’est justement en investissant dans des services de bien-être de nouvelle génération, tel que des espaces de yoga, de méditation ou encore du coaching pour un healthy lifestyle que les entreprises attireront et conserveront les meilleurs talents, en particulier les jeunes qui arrivent aujourd’hui sur le marché du travail. »

A titre d’exemple, AXA a créé un programme de santé à l’échelle mondiale, en proposant des consultations de prévention auprès d’experts de la santé ou encore des recommandations en matière d’activité physique. Nomura, élue « Britain's Healthiest Workplace » de 2016 à 2018, a mis en place une salle de sport, un cabinet médical, un jardin en rooftop et des cours de nutrition.  


Les programmes sur-mesure, la prochaine étape pour les employeurs

Si aujourd’hui les programmes de santé et de bien-être au travail s’efforcent de répondre aux besoins universels des salariés, l’expérience de demain sera bien plus personnalisée.

« A l’avenir, l’analyse de données sera indispensable pour élaborer de meilleures stratégies d’accompagnement  »,  déclare Rémi Calvayrac. « De plus en plus d’entreprises font appel aux objets connectés, aux wearables et aux applications de suivi des fonctions cognitives qui permettent de bâtir des programmes de santé ou de coaching numérique sur mesure pour les collaborateurs. » De telles données seraient bien-sûr anonymisées, l’utilisation de ces applications se ferait uniquement sur la base du volontariat pour éviter tout problème de confidentialité.