Article

Engagement et
performance : 
le laboratoire de la 
Silicon Valley (1/2)

Dans le berceau des GAFAMs, les notions d’engagement des salariés et de performance des entreprises élargissent leurs contours grâce à une nouvelle politique sociale et une nouvelle conception du lieu de travail.

29 novembre, 2018

 

« De l’art, partout et pour tous. Des œuvres, des conférences, des artistes invités en résidence, de la culture sous toutes ses formes. Ce qui est frappant dans ces campus californiens, c'est le renversement de la valeur “happy fewiste” de l’art : il n'est plus le pré carré du CEO, il prend la forme d'art urbain ou d'art numérique par exemple, et est offert à tous » précise Flore Pradère, Responsable Recherche Entreprises chez JLL.

Chez Facebook, Frank Gehry a réalisé MPK 21 (Menlo Park 21). La commande prestigieuse ne relève pas de la fantaisie. Cette célébration de l’art et de la culture est aussi un moyen de renforcer la culture d’entreprise et ses valeurs : la beauté et l'impression de rareté véhiculent nécessairement l’adhésion, la capacité créatrice et le sentiment d'être privilégié.

« Ce qui est frappant dans ces campus californiens, c'est le renversement de la valeur “happy fewiste” de l’art : il n'est plus le pré carré du CEO, il prend la forme d'art urbain ou d'art numérique par exemple, et est offert à tous » 

Flore Pradère Responsable Recherche Entreprises, JLL

 

Haute fidélité

Google et Facebook affichent une vitalité économique qui leur permet de faire de la R&D en matière de politique sociale et salariale. Ces entreprises attirent en outre des profils bien particuliers, multiculturels, mondialisés, jeunes et généralement sans enfants, qui font le choix de s’impliquer totalement.                   

La valorisation de l’implication et de la fidélité est constante. La Silicon Valley n'est pas le règne du zapping des talents. Elle célèbre les salariés fidèles, reconnaît publiquement ses champions de l'excellence au travers de Walls of Fame ou de rituels - tels les ballons arborés fièrement au-dessus des bureaux des employés endurants chez Facebook. Un récit est ici à l’œuvre. A un moment de leur histoire où elles peuvent encore faire dire à leurs salariés “J’étais là à la création de l’entreprise”, pourquoi se priveraient-elles de la puissante évocation des Pères fondateurs ?

                   

Faciliter et responsabiliser

Une culture s’infuse dans ces manifestations d’innovation sociétale. Fruits d’un monde globalisé, quelles utopies ces entreprises envisagent-elles pour leurs employés ?

Pour ces entreprises, les ressorts de la performance sont principalement ceux de la confiance, de l’autoévaluation, et de l’enthousiasme supposés découler de ces modes et usages. « Mais il faut prendre la mesure de ce qui est attendu des talents au sein de l’entreprise pour réaliser que les campus ne sont pas des parcs d’attraction. Chaque employé doit délivrer le maximum de son potentiel. » assure Flore Pradère. Faciliter la vie des gens ne signifie en aucun cas les déresponsabiliser. Bien au contraire : le motto, ce serait plutôt l’amélioration permanente ! 

Chaque jour, ce vaste laboratoire esquisse des réponses aux questions que l’on se pose tous : comment faire en sorte de dépasser la conception traditionnelle de la performance ? Jusqu’où aller dans la mise en scène du quotidien en entreprise ? Quel rôle sera porté demain par l’employeur vis-à-vis de ses salariés ? Dans le second volet de notre dossier, nous aborderons la question cruciale des espaces et des infrastructures mises en œuvre.