Article

Design :
entre créativité
et rationalité

A la confluence de la sociologie, de la stratégie d’entreprise et de l’expérience utilisateur, le design donne une réalité au projet d’entreprise : le cap qu’elle se donne, le climat qu’elle crée pour ses collaborateurs, ou encore l’image qu’elle souhaite renvoyer à ses parties prenantes sont les objets d’étude de cette discipline qui mixe créativité et rationalité.

juillet 08, 2019

« La forme, c’est le fond qui remonte à la surface », se plaît à rappeler Valéry Guesne, Design Director au département Workplace & Design de JLL France, empruntant la citation à Victor Hugo. « Et dans le cas des équipes de notre département Workplace & Design, le fond est un mix de stratégie, de sens à donner à l’activité des collaborateurs, et bien souvent d’un souhait de transformation de l’entreprise ».

Une définition élargie

Lorsqu’on nous dit “design”, chacun pense en premier lieu aux lignes épurées de beaux objets confectionnés dans des matériaux rares, recherchés par les collectionneurs et objet de jalousie dans nos intérieurs. On pense également aux grandes figures comme Ludwig Mies von der Rohe, Arne Jacobsen, Charlotte Perriand et Jean Prouvé, plus près de nous Philippe Stark, Matali Crasset ou les frères Bouroulec. Des créateurs qui en posant leur regard sur les objets usuels ont enchanté et marqué leur temps. Mais “dire du design qu’il est un art qui embellit les objets est un peu réducteur”, s’amuse Valéry Guesne, “il faut le comprendre dans sa définition originale, qui est celle d’une bonne traduction du mot design : dessein, c’est à dire but, objectif, et par extension chemin que l’on emprunte.” Certes le style est mobilisé dans les résultats du design, mais celui-ci est avant tout la discipline qui traduit en formes le projet. “Aussi, le design, plutôt que de dessiner une chaise, pense l’idée de s’asseoir”.

"C'est une discipline qui englobe les autres et les orchestre."

Valéry Gesné Design Director, Département Workplace & Design, JLL France
Design et immobilier

Les disciplines que l’on retrouve dans le design appliqué à l’immobilier d’entreprise sont entre autres l’architecture, l’aménagement intérieur, mais aussi le mobilier d’éclairage, d’assise, mais encore la psycho-sociologie, l’étude des flux, et toutes les technologies dont vont être issus les équipements digitaux. “C’est une discipline qui englobe les autres et les orchestre.”

Puissance du Récit

Pour toute entreprise, la finalité du design se résume à ceci : donner corps au projet et aux valeurs de l’entreprise, et emporter l’adhésion. “Le design a le pouvoir de mettre tout le monde d’accord, pourrait-on dire. Grâce à la dimension esthétique et à l’expérience sensible qu’il met en œuvre, il véhicule la puissance du Récit. Il raconte une histoire, des valeurs, des parti-pris voire des challenges qu’on relève et, au final, il arrive à transformer nos incertitudes en une adhésion collective. Prenez l’exemple des grandes marques au design immédiatement reconnaissable : Apple et son iPhone, c’est quand même incroyablement puissant, ça génère un désir collectif, ça raconte en quelques lignes le mythe Apple.”

Élément déclencheur

Pour retourner les tables ou faire bouger les lignes, un déménagement est l’occasion rêvée de repenser l’espace et de lui faire transcrire l’organisation repensée de l’entreprise. “Un nouveau lieu, ce sont de nouvelles fondations, l’occasion de faire table rase et de reconstruire un nouveau modèle, en s’émancipant d’habitudes accumulées sur le lieu de travail qu’on quitte.”

Des indicateurs couplés au design

"La transformation induite par le design renforce la proximité de l'entreprise avec les problématiques de ses collaborateurs"

Valéry Gesné Design Director, Département Workplace & Design, JLL France

Plus concrètement, qu’attend-on du design ? Quel est le ou les indicateurs que l’on observe ? “Cela dépend un peu des projets. La productivité arrive en tête des interrogations. L’attraction et la rétention des talents est une vraie problématique. L’image enfin et la communication sont indéniablement liées au design, de par les messages sensibles qu’il délivre. Mais pour ma part j’estime que la transformation induite par le design renforce la proximité de l’entreprise avec les problématiques de ses collaborateurs. Cela vient de l’importance donnée, dans le design, à la réflexion sur les besoins des utilisateurs. Lorsque je me rends à mon travail, de quels services aimerais-je disposer ? Que peut me permettre l’infrastructure du bâtiment, quelles actions simples vont faciliter ma tâche ? C’est une considération un peu nouvelle dans notre métier, mais qui change tout.”

Lâcher les freins

Entrer dans une démarche de design nécessite évidemment de prendre en considération les contraintes d’ordre budgétaire, ou architecturale, ou les normes liées par exemple au droit du travail. Mais le frein principal reste d’ordre immatériel. L’accompagnement au changement est souvent un volet activé dans le cadre de ces projets qui révolutionnent les habitudes. « Dans la phase d’étude, la plupart des clients sont confrontés aux questions de l’impact et du changement : va-t-on changer la culture de l’entreprise ? Les collaborateurs vont-ils adhérer ? Combien de temps faudra-t-il pour que la nouvelle organisation porte ses fruits ? Ces questionnements sont absolument légitimes et doivent être accompagnés. D’ailleurs, mon métier je crois consiste aussi à convaincre et rassurer, à démontrer en permanence le bien-fondé des démarches que l’on initie.”