Recherche

Attractivité : la revanche des marchés régionaux

Les métropoles régionales comme Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Strasbourg et Nice sont dynamiques. Elles structurent leur territoire grâce à leurs équipements, nouent des partenariats avec d'autres métropoles européennes et mènent des politiques de rénovation.

A la veille de la révolution industrielle, 90 % de la population française vivait à la campagne. En 2005, le taux d’urbanisation était de 77 % et les statistiques annoncent plus de 80 % pour  2020 (Statista, s.d.).

L’urbanisation correspond à un mouvement historique de transformation des sociétés que l’on peut définir comme l’augmentation de la proportion de la population urbaine au sein de la population totale d’un pays.

Il s’agit d’un développement des villes, en nombre d’habitants et en extension territoriale, ayant des conséquences sur les modes de vie et de travail. Que ce soit lors de la révolution industrielle, de l’exode rural d’après-guerre ou de l’explosion du travail tertiaire dans les villes, l’urbanisation n’a jamais cessé. Il s’agit d’un phénomène constant amenant des déséquilibres au sein même des villes lorsqu’elles doivent s’adapter à l’accroissement de la population mais également entre les villes elles-mêmes car certaines profitent plus de ce phénomène que d’autres.

Conséquence d’une longue histoire, Paris et sa région ont concentré plus qu’ailleurs les flux de population et de richesse jusqu’à créer un déséquilibre tel qu’il a fait l’objet d’un ouvrage célèbre « Paris et le désert français » en 1947. L’influence de ce livre sur les politiques d’aménagement du territoire qui ont suivi est réel. Ces politiques trouvent d’une certaine manière leur apogée avec les lois de décentralisation à partir de 1982 qui redonnent du pouvoir aux collectivités locales.

Un peu plus de 25 ans après l’acte I de la décentralisation, qu’en est-il du poids des métropoles régionales et de leur attractivité ?

Aujourd’hui, les aires urbaines de plus de 500 000 habitants concentrent 43 % des habitants et 46 % des emplois en France. Le Grand Paris pèse pour la moitié et les métropoles régionales pour l’autre. Selon le dernier rapport « At a glance 2018 » de l’OCDE, la croissance française a été générée à 68 % par ces grandes aires urbaines. Dans le même temps, le marché immobilier tertiaire a progressé de 26 % en moyenne en régions depuis 10 ans et va réaliser de très belles performances dans les métropoles régionales en 2018 après une année 2017 déjà record.

Vraie tendance d’un rééquilibrage économique au profit des régions ou feu de paille ? Nous allons évoquer les principaux critères d’attractivité de ces nouvelles métropoles régionales, devenues de vraies localisations alternatives et/ou complémentaires au marché parisien.

 

Renseignez le formulaire pour télécharger notre étude

Une erreur s’est produite lors de l’envoi de votre formulaire. Veuillez réessayer.

 

 

DÉCLARATION DE CONFIDENTIALITÉ 

Jones Lang LaSalle (JLL), ainsi que ses différentes filiales et entités, est une société internationale leader du conseil en immobilier d'entreprise. Nous prenons la responsabilité de protéger avec la plus grande rigueur les informations personnelles qui nous sont confiées. 

En règle générale, les informations que nous recueillons sur vous nous permettent de traiter ou de répondre à votre demande. 

Nous nous engageons à conserver les informations personnelles qui nous sont confiées, avec le niveau de sécurité approprié, et aussi longtemps que nous le jugerons nécessaire pour toute raison professionnelle ou légale. Nous supprimerons ensuite vos données de manière sûre et sécurisée. À tout moment, vous avez la possibilité d’affiner vos préférences en termes de communication et de vous désabonner. 

Pour plus d'informations sur la manière dont JLL traite vos données personnelles, veuillez consulter notre déclaration de confidentialité.