Article

Comment construire une société juste, inclusive et résiliente ?

Aujourd’hui, et plus que jamais, nous devons mettre nos efforts et nos ressources au service des personnes et des communautés qui font vivre notre secteur.

25 mars 2021

La pandémie et ses conséquences dévastatrices sur l’économie ont fait ressurgir les inégalités présentes dans notre société. L’impact sur les minorités a été démesuré, sans oublier la forte augmentation du nombre de chômeurs et des demandes d’aide pour les travailleurs les plus pauvres. Les services de santé et le système de protection sociale ont été submergés très rapidement par manque de ressources, et les communautés se sont retrouvées en situation d’urgence. 

Le mouvement Black Lives Matter, né aux Etats-Unis, a connu un retentissement au niveau mondial et a également rappelé que la lutte contre les inégalités et la discrimination raciale reste une priorité. En cette période inédite, le secteur immobilier peut tirer parti de ses connaissances des marchés, des espaces et des lieux pour guider les entreprises sur la voie d’une société juste, inclusive et résiliente.

Aujourd’hui, et plus que jamais, nous devons mettre nos efforts et nos ressources au service des personnes et des communautés qui font vivre notre secteur et nous concentrer sur l’aspect Social des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance). 

Comment procéder ?

• Définir un but 

En adoptant une approche par objectifs, le secteur immobilier est capable de d’enclencher une transformation de la société. Il doit faire évoluer le système pour protéger les plus vulnérables, lutter contre la fracture et les inégalités et servir la justice sociale. 

La stratégie « Net Positive » d’Hammerson, foncière européenne dans le domaine du commerce, illustre parfaitement cette approche. La société a choisi de prendre en compte les impacts sociaux et économiques de ses activités, outre sa consommation de carbone, de ressources et d’eau. Elle poursuit une optique de créer des lieux évolutifs et dynamiques dans lesquels les individus et les marques se sentent bien, de manière à avoir un impact positif et durable sur les générations futures. 
À travers une approche ciblée du placemaking (démarche d’aménagement des espaces urbains favorisant l’appropriation par les citoyens), la stratégie d’Hammerson prend en compte les besoins des communautés et leurs priorités.

• Comprendre les opportunités et les risques sociaux 

La pandémie et le mouvement Black Lives Matter évoqué précédemment ont souligné les grandes lacunes des stratégies de développement durable : manque d’exhaustivité et incohérence de la stratégie sociale. 
Il n’existe pas de solution universelle, mais le secteur immobilier peut tout de même s’appuyer sur quelques fondamentaux pour aborder les enjeux sociaux, parmi lesquels : proposer une rémunération juste, renforcer la résilience à travers des chaînes d’approvisionnement locales, favoriser le bien-être et la santé des communautés, former et recruter à l’échelle locale, soutenir la résilience économique et améliorer la qualité de vie globale

• Investir pour créer un impact social

Pour lutter contre la crise actuelle, les investisseurs changent peu à peu de comportement et se tournent vers le un capitalisme responsable. Ces derniers mois, les fonds « à impact » ont eu le vent en poupe. Les fonds ESG ont enregistré une collecte nette de 45,6 Mds$ alors que l’univers mondial des fonds enregistrait une décollecte nette de 384,7 Mds $ sur la même période. 
Les investissements immobiliers dans les logements abordables et les infrastructures sociales et de santé peuvent avoir un réel impact dans la société. 

Pour tirer profit de ce marché en pleine croissance, les entreprises doivent clairement expliciter les objectifs de leurs investissements visant à délivrer des rendements durables. Il peut être intéressant d’adhérer à des initiatives sectorielles telles que l’Impact Management Project (Forum mondial sur la gestion et la mesure de la durabilité), les conseils et le soutien des pairs étant essentiels pour développer des offres pertinentes. 

• S’engager pour l’égalité et l’inclusion 

L’égalité et l’inclusion sont aujourd’hui au cœur de toutes les discussions. Les entreprises doivent adopter des mesures concrètes pour résoudre un certain nombre de problèmes, par exemple en proposant des emplois ou en formant et en soutenant le développement des groupes sous-représentés. Au sein de notre secteur, cet engagement en matière d’inclusion doit se retrouver dans l’environnement physique. 
Dans leur conception et leur exploitation, à l’intérieur comme à l’extérieur, les bâtiments devront être des lieux inclusifs, sûrs, accueillants et accessibles. 

Grâce à la collaboration avec les communautés, les entreprises peuvent créer des bâtiments pour soutenir les initiatives culturelles, offrir les mêmes opportunités d’accès à tous, et bien plus encore. Mettre en valeur des artistes locaux, louer des espaces commerciaux à des entreprises locales ou créer des programmes dans les écoles sont quelques exemples parmi tant d’autres. 

En souhaitant créer un impact positif à travers ses actifs, la société Nuveen Real Estate a procédé à un examen approfondi de ses nouveaux projets de développement. Cette initiative a permis de cartographier les communautés locales et de comprendre où cibler les emplois et les compétences pour aider les plus démunis. Grâce à d’autres éléments de conception, la société a pu créer un lieu inclusif et représentatif de la culture locale. 

Comment construire une société juste, inclusive et résiliente ?

1. Engagement 
Impliquer les parties prenantes dans l’évaluation des stratégies, la création des normes et l’élaboration des plans d’action. 

• Intégrer les retours des différents acteurs pour évaluer le risque social et l’atténuer en clarifiant les priorités stratégiques, et exploiter les opportunités d’amélioration de l’impact social.

• Soumettre la stratégie de création de valeur sociale aux parties prenantes, législateurs et pairs. 

• Appliquer la stratégie de création de valeur sociale aux projets de développement.

• Envisager la commercialisation de produits générateurs d’impact social positif.

2. Impact maximal 
Établir des partenariats d’utilité sociale à l’échelle locale.

• Identifier les possibilités de collaboration avec des entreprises de votre écosystème partageant vos objectifs.

• Revoir les procédures d’acquisition et de due diligence pour identifier les actifs créateurs de valeur sociale, et les actions nécessaires pour atténuer l’impact négatif des actifs.

• Concevoir des bâtiments et des lieux à vocation sociale, après avoir évalué leur impact, pour une prise de décision plus efficace lors de la conception.

• Investir pour créer de la valeur sociale et pour générer de la rentabilité en définissant les impacts souhaités, en évaluant et en contrôlant la performance, et en communiquant les résultats atteints. 

3. Responsabilité 
Faire preuve de transparence et accepter la remise en question.

• Accepter la remise en question interne et externe : l’entreprise poursuit-elle toujours son but ? Quels sont les progrès par rapport aux résultats attendus ? 

• Évoquer clairement les impacts positifs et négatifs. 

• Intégrer les retours d’expérience des parties prenantes dans les stratégies de gestion, de location et de marketing pour maximiser leur engagement.

En moyenne, les entreprises ayant une « vocation » ou une mission enregistrent des résultats 42% supérieurs à ceux de leurs pairs sur le marché. 

Pourquoi agir maintenant, dans un environnement à fortes contraintes financières ? 

Entre la crise économique et le manque cruel de main-d’œuvre qualifiée, les entreprises s’intéressent de plus en plus aux enjeux sociaux. C’est en favorisant l’épanouissement et la création de valeur sociale à l’échelle locale que les entreprises réussiront à braver la tempête actuelle et retrouver le chemin de la prospérité. Mesurer et rendre compte réellement des impacts sociaux à contribution positive et durable, permettra de lever des volumes de capitaux importants.