Edito et opinion

Vive la grève !

24 décembre 2019

Déjà plus de 2 semaines de grève, 15 heures de trajet supplémentaires en moyenne par francilien et 1,4 million de travailleurs directement touchés par l’absence de transports : une gêne considérable pour chacun d’entre nous.

Pendant ces jours de décembre, chaque jour, il a fallu se lever tôt, et souvent partir avant l’aube pour éviter de longues heures d’embouteillage ou monter in extremis dans un train bondé. Chaque jour, il a fallu s’organiser autrement pour gérer les déplacements de ses enfants pour qu’ils puissent rejoindre les bancs de l’école, quand bien sûr leurs professeurs étaient présents. Chaque jour, il a fallu réorganiser son emploi du temps et adapter les échanges en fonction de la présence de ses collaborateurs, de ses partenaires ou de ses clients. Le moindre déplacement est apparu comme une épreuve. Et chacun d’entre nous s’est lancé dans sa journée comme Hercule face aux travaux, pour affronter ces difficultés !

La forte augmentation du temps passé dans les transports n’est pas le seul facteur à avoir provoqué un sentiment de gêne. Ce trouble est également lié à la nécessité pour chacun des travailleurs de s’adapter en permanence dans une période imprévisible, de réinventer complètement sa journée et repenser en profondeur sa relation aux autres.

Aujourd’hui, avec la grève, les entreprises subissent un ralentissement important de leur activité, en raison de plusieurs facteurs :

  • Présence réduite ou absence au travail de leurs collaborateurs liée aux contraintes de transports et d’engagements extérieurs
  • Impossibilité de représentation de l’entreprise auprès de ses clients et de ses partenaires, qui touche aussi bien les métiers tertiaires que ceux de la vente en direct
  • Dépendance à des facteurs externes imprévisibles et difficulté à mesurer l’impact au quotidien sur son activité

Alors que chacun souhaite que cet épisode de perturbation se termine au plus vite, cette période extraordinaire est porteuse de plusieurs effets positifs inattendus et durables.

Ces perturbations provoquent une baisse globale de la productivité dans les entreprises, mais également un changement radical des comportements, et ce afin de pouvoir poursuivre ses activités. Ces nouveaux comportements, adoptés de manière subie dans un premier temps, s’inscrivent au-delà de la durée de la grève elle-même. Ils ont surtout un impact positif et durable sur notre relation au travail.

Et de ce point de vue, la grève est une opportunité majeure, pour chacun de nous, de transformer nos modes de vie. Cette « révolution » à grande échelle touche aussi bien la mobilité, la consommation et le travail.

Concernant le travail, les entreprises ont dû s’adapter aux contraintes par cette situation inédite. Cependant, elles peuvent à présent tirer profit de la situation actuelle pour accélérer des évolutions de fond déjà en cours. Elles peuvent en particulier jouer un rôle positif pour l’adoption d’une nouvelle vie au travail, où la flexibilité des espaces, l’agilité du management et la multiplicité des services offriraient une amélioration des conditions de travail avec combinaison démultipliée de modes de travail.

Comment l’entreprise peut-elle accompagner ce changement de paradigme ?

Adaptation des modes de travail et flexibilité des espaces :

La grève a poussé de nombreux collaborateurs à recourir au télétravail, engageant certains managers dans une démarche nouvelle.

Pour assurer une certaine flexibilité, le home office est, bien sûr, une solution efficace pour permettre aux collaborateurs de travailler d’où ils veulent et sans perte de temps sur le trajet domicile-travail. Les managers, encore trop souvent réticents au home office, ont également tiré des bénéfices insoupçonnés, comme l’amélioration de la productivité ou encore un engagement plus important de leurs collaborateurs.

Dans ces conditions, pourquoi ne pas inscrire durablement cette modalité comme une possibilité offerte aux collaborateurs de travailler efficacement ?

Mixité des activités et agilité du management :

Avec la grève, il a fallu réinventer sa journée pour limiter les trajets et faciliter les rencontres professionnelles. C’est ainsi que nombre d’entreprises ont offert la possibilité à leurs collaborateurs de travailler depuis un site le plus proche de leur domicile ou de travailler depuis un site de coworking plus accessible que leur lieu de travail habituel.

Le « remote working » peut être assimilé à une possibilité de travailler d’où l’on veut. Toutefois, il est plus important de pouvoir travailler où on le souhaite, au sein de son entreprise si possible, afin de faciliter l’organisation de sa journée tout en bénéficiant de toutes les facilités (réseau, applications, services…).

Posséder plusieurs implantations, proches de vos clients et de vos partenaires, mais également des lieux de résidence de vos collaborateurs est un atout pour combiner mobilité et sentiment d’appartenance à l’entreprise. Il génère parfois même des rencontres propices au partage de savoir au sein de l’entreprise et au développement des activités.

Partage et relation aux autres :

Plus que jamais, avec la grève, les solutions de partage ont été nécessaires pour surmonter les difficultés du quotidien : solutions de co-voiturage, entraide entre parents pour gérer les trajets domicile-école, accueil d’un collaborateur habitant trop loin de son lieu de travail, etc. Les situations où la solidarité a permis de faciliter le quotidien ne manquent pas en cette période.

Chacun a pu recourir à des plateformes facilitant ce partage, comme l’application Blablalines pour le co-voiturage, ou mettre en place une solution ad hoc, comme un WhatsApp entre parents d’élèves pour gérer les sorties de classes. Dans tous les cas, elle a donné l’occasion d’adopter de nouveaux réflexes de partage, et parfois de faire de belles rencontres.

Bien que le mois de Décembre 2019 soit compliqué pour les entreprises françaises, cela aura également été un moment extraordinaire pour tester, déployer et adopter de nouveaux usages bénéfiques pour tous les travailleurs. Ces solutions adoptées pour faire face à la solution sont pour certaines d’entre elles pérennes et permettent d’améliorer durablement l’expérience quotidienne de vos collaborateurs.

A l’aube de 2020, nous sommes persuadés que ces événements sont un accélérateur de la généralisation de ces pratiques pour certains, un déclencheur pour d’autres. Et pour vous ?