Article

La conception du bâtiment au service du healthy workplace

Alors que la pandémie mondiale a d’ores et déjà changé la manière d’appréhender le lieu de travail, une notion parait désormais incontournable : l’avènement du healthy workplace.

08 décembre 2020


Avec, un nouveau pré-requis pour les entreprises : disposer d’un bâtiment permettant aux collaborateurs de venir travailler dans un environnement sain. Mais à l’heure où les scientifiques s’accordent pour dire que la propagation du Covid-19 est notamment due par une transmission par voie aérienne, la conception technique des immeubles s’invite au cœur des débats. 

Les systèmes de ventilation et de climatisation des immeubles tertiaires peuvent dans certains cas être à l’origine de la propagation du virus. L’OMS a identifié plusieurs mécanismes de transmission du virus dont la transmission aérienne. En effet, les particules virales peuvent se déplacer à travers le volume des bureaux, mais également à travers les réseaux de ventilation et ainsi être source de contagion. Ce qui est vrai pour le virus de Covid est également vrai pour beaucoup d’autres virus ou bactéries.

Afin de ne pas revivre la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui, il est important de réaliser pour chaque système CVC un « management du risque » en identifiant les failles de ceux-ci par rapport à la propagation du virus. Dans cette analyse du risque, il est également nécessaire de regarder les enjeux énergétiques et économiques de chaque solution, afin de ne pas faire du bureau de demain une « salle blanche énergivore ». Il est de notre devoir de permettre l’atteinte des ambitions énergétiques du décret tertiaire (cf : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000038812251/) tout en garantissant la santé des occupants.

Au-delà des modifications proposées sur les systèmes,  s’il y a une seule recommandation à retenir, c'est probablement « d' augmenter le renouvellement d’air au droit des sources de contamination » afin de réduire la concentration des virus ou bactéries dans l’air. Pour rester dans un objectif de rentabilité côté investisseur, de healthy building côté occupant, et de bâtiment économe en énergie, cette augmentation de débit d’air doit passer par un management des débits d’air.

Aujourd’hui, 95% des immeubles de bureaux ont une distribution d’air neuf à débit fixe sur les espaces bureaux, et variable dans les espaces collaboratifs en fonction de l’occupation : lorsqu’un utilisateur quitte son poste de travail pour aller dans un espace collaboratif, le débit d’air à son poste de travail reste actif. Il est donc intéressant de repenser nos systèmes afin d’augmenter les débits au niveau des zones occupées en réduisant ceux des zones inoccupées, afin de ne pas augmenter les consommations mais de consommer mieux.

Cette variation de débit sur l’ensemble des antennes de soufflage (espaces bureaux et collaboratifs) va également dans le sens de la flexibilité des bureaux de demain. Dans le futur, il devra être plus aisé et moins couteux de changer la destination d’un espace, puisque la technique sera homogénéisée (débit variable sur l’ensemble des espaces). Cette nouvelle tendance prend alors tout son sens avec l’accélération du flex office post Covid.

Certains fournisseurs d’équipements sont également en train de repenser leurs systèmes afin de proposer des produits plus adaptés à des périodes de pandémies. Des technologies prometteuses permettent également de détruire, stopper ou évacuer une partie des virus et bactéries. C’est pourquoi il est important que nous, BET Fluides, nous réalisions une veille technologique afin de proposer à nos clients des produits innovants, performants et adaptés à chaque projet. 

N'hésitez pas à nous contacter pour toute problématique immobilière.