E-commerce : destructeur ou disrupteur d'immobilier physique ? Une étude exclusive

E-commerce : destructeur ou disrupteur d’immobilier physique ? Certains secteurs échappent totalement à son impact alors qu’il fait des ravages sur d’autres. Une étude exclusive.

06 juin, 2018

​En pleine croissance, le e-commerce concerne tous les secteurs et s'insère dans les habitudes de consommation. Il représente en 2016 72 milliards d'euros de vente contre 0,7 milliard en 2000. A ceci s'ajoute le phénomène du « Everywhere commerce » avec le développement des services accessibles depuis un smartphone. Si le commerce physique continue de croître mais à un rythme plus doux (+54% de points de vente entre 2005 et 2017) l'étude montre une résistance inégale au phénomène selon les secteurs.

Les banques et les magasins de jouets emportés par la vague du e-commerce.
Le point commun entre une banque et un magasin de jouet ? Ils sont tous les deux les victimes du e-commerce. La digitalisation des services bancaires et l'apparition des pure-players conduisent à une baisse radicale de la fréquentation des agences bancaires.
Le marché du jouet semble également emporté par la vague du e-commerce. La part des pure players est passée de 13% en 2014 à plus de 20% en 2017. La multiplicité des références proposées couplée à des délais de livraison toujours plus courts séduit de plus en plus les consommateurs. C'est ainsi que le e-commerce a pris place dans les habitudes de consommation et représente 7,8% des dépenses des ménages en 2016. Il est en particulier établi dans le secteur des biens culturels.

Le bio, le bricolage ou le jardinage échappent au phénomène.
D'autres secteurs échappent en revanche au phénomène. Le nombre de magasins bio ne cesse d'augmenter et a presque doublé en huit ans. On en compte actuellement plus de 1300 sur le territoire français. L'origine de ce succès n'est pas digitale, mais plutôt sociétale, où mieux consommer est le nouveau crédo. Toutefois, on peut tout de même noter l'apparition de circuits courts via des AMAP dans ce secteur.
Sur la tendance du mieux consommer, le nombre de jardinerie a connu une croissance du nombre de points de vente forte malgré une réduction de la surface moyenne. Tendance inverse pour le bricolage, où le nombre de points de vente a diminué alors que la surface moyenne des points de vente a quant à elle augmenté. Le bricolage reste encore préservé du e-commerce, mais la montée en puissance d'acteurs pure-players dédiés dans ce domaine pourrait laisser présager quelques turbulences.

« Cette évolution des modes de consommation incite les enseignes à réinventer le commerce physique et à rationaliser leurs réseaux de distribution. L'implantation des points de vente n'a jamais été aussi stratégique», explique Cédric Ducarrouge, Directeur Adjoint retail Agence chez JLL.

Retrouvez JLL au SIEC :

CONFERENCE / Retail Intelligence : du big au Smart Data pour optimiser vos stratégies d'implantation - Jeudi 7 juin à 11H

Pionnier dans le big data appliqué au retail, JLL offre une couverture et une précision d'informations inégalée : profil des passants et des visiteurs, précision et exhaustivité géographique, saisonnalité et les valeurs locatives.

Quelles nouvelles opportunités le smart data va offrir aux retailers ? Comment anticiper la performance commerciale future de chaque pas de porte grâce à l'intelligence artificielle ? Comment les modèles prédictifs et le machine learning changent la donne dans la stratégie d'implantation.

A propos de JLL
JLL (NYSE: JLL) est un des leaders du conseil en immobilier d'entreprise. Avec près de 300 bureaux dans le monde dans plus de 80 pays, la société apporte à ses clients un conseil ad hoc et son expertise en investissement au niveau local, régional et mondial, qu'ils soient entreprises ou investisseurs. Avec un chiffre d'affaires de 7,9 milliards de dollars et plus de 82 000 collaborateurs, JLL est également leader en Property Management avec près de 423 millions de mètres carrés gérés dans le monde. LaSalle Investment Management, la branche gestion de fonds de la société, est l'une des plus importantes du monde avec près de 58,1 milliards de dollars d'actifs gérés.