Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Paris

La nouvelle (r)évolution industrielle : quels sont les nouveaux défis quand la gestion de la chaîne d’approvisionnement devient de plus en plus concurrentielle?


Paris, le 18 juillet - Notre étude européenne intitulée « La nouvelle (r)évolution industrielle » vise à mettre en lumière les principaux changements qui modèleront les chaînes d’approvisionnement et orienteront la demande des entreprises en matière d’immobilier logistique les dix prochaines années. En collaboration avec Transport Intelligence, JLL a examiné l’évolution des chaînes d'approvisionnement et son impact sur l'immobilier logistique. Dans ce contexte, des interviews ont été organisées avec des experts en matière de chaîne d'approvisionnement et plus de 30 dirigeants d’entreprises ont été invités à donner leur opinion sur l’évolution future de la chaîne d'approvisionnement. Un sondage en ligne a été également réalisé auprès de plus de 200 entreprises, dont des enseignes internationales, des fabricants et des logisticiens.

Ces cinq dernières années, le marché de l’immobilier logistique européen a connu une forte demande de la part des entreprises malgré une croissance économique relativement modeste.
De toute évidence, les changements en cours qui impactent les chaînes d’approvisionnement, tels que l’essor du commerce électronique, ont sensiblement contribué à dynamiser la demande. Pour bien comprendre les marchés de l’immobilier logistique, il est donc essentiel de connaître les facteurs qui remodèlent les chaînes d’approvisionnement. Ces dernières fonctionnent au rythme de la production, avec comme défi ultime de contrôler les coûts tout en offrant un service à la clientèle optimal. Plus de 60% des personnes interrogées dans notre sondage appuient systématiquement l’importance de ces deux défis, et un quart des personnes ajoute que l’innovation des chaînes d’approvisionnement constitue une nouvelle priorité.

Notre étude met en relief plusieurs tendances majeures :
Les changements technologiques qui donnent naissance à la quatrième révolution industrielle vont transformer les chaînes d’approvisionnement. Le terme «Industrie 4.0» est d’ailleurs évoqué en Allemagne et est utilisé par le gouvernement allemand pour promouvoir les produits et les entreprises des secteurs de haute technologie. Auparavant régies par la production, les chaînes d’approvisionnement deviennent centrées sur les consommateurs. « Big data, Internet des objets, numérisation de la distribution, robotique, réalité augmentée, ou fabrication additive rendent plus visibles les demandes des consommateurs. Les chaînes d’approvisionnement sont plus réactives et permettent un meilleur suivi des produits » explique Jean-Marie Guillet, Directeur du département Logistique de JLL.

24% des personnes interrogées dans notre sondage estiment que la logistique relative au commerce électronique apportera des changements majeurs pour leurs actifs dans les deux à
trois prochaines années, et 23% des répondants ont confirmé qu'ils auraient besoin de plus d'espace de distribution pour le traitement des commandes en ligne. Ainsi il est prévu que dans le contexte de la «livraison le jour même», les entreprises actives dans le commerce en ligne exploreront la possibilité de créer des sites micro-logistiques. Elles y entreposeront une sélection de produits dans un centre de distribution plus proche des clients afin de pouvoir respecter leurs engagements en matière de livraison rapide exigés par le commerce en ligne et le commerce omni-canal.

Les entreprises internationales veillent sur leurs coûts, la satisfaction de leurs clients et l’image de leur entreprise. Elles commencent à penser différemment à propos des chaînes d'approvisionnement traditionnelles. Récemment certaines entreprises d'Europe occidentale et d’Amérique du Nord ont manifesté un intérêt pour trouver l'emplacement géographique idéal pour leur production, le «right-shoring». Dans ce contexte, les possibilités de ramener la production et l'activité industrielle en général plus près des marchés de débouché sont examinées. Le "re-shoring" est la délocalisation de la production vers le pays d'origine, tandis que le "near-shoring" est la relocalisation de la production vers un pays voisin, comme par exemple la délocalisation de la production pour des marchés occidentaux, de l’Asie vers la Turquie ou l’Afrique du Nord. En Europe, l’ampleur actuelle de cette tendance est difficile à évaluer, mais en Amérique du Nord, la tendance de repositionnement stratégique est plus courante. Le Reshoring Initiative aux États-Unis estimait déjà en 2014 que le nombre total d'emplois revenus sur le sol américain dépassait pour la première fois le nombre d'emplois transférés à l'étranger au cours de cette même année.

L’importance d’une logistique urbaine efficace ne cessera de croître sous la pression des livraisons du dernier kilomètre et de questions particulières telles que la rareté du foncier, les embouteillages, l’environnement. « Mieux coordonner les décisions immobilières et logistiques permettra aux grandes entreprises d’optimiser la performance de leur réseau physique de distribution », explique Patrick Remords, Directeur Supply Chain Consulting de JLL