Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Paris

Exposition universelle, Jeux olympiques : deux tremplins pour le Grand Paris


​Paris, le 2 juillet 2015 - C’est officiel, Paris est dans les starting-blocks ! La capitale soutient une double candidature : celle des Jeux olympiques d’été 2024 et celle de l’Exposition universelle 2025. Regain de visibilité internationale, dynamisme économique, accélération des grands projets d’infrastructure : au regard des manifestations passées, les bénéfices pour le Grand Paris et les opportunités pour les investisseurs seraient multiples.


D’envergure internationale, ces événements contribuent au rayonnement du pays hôte. Le gouvernement français voit ainsi dans Expo 2025 une magnifique opportunité pour l'image dans le monde du Grand Paris et de la France. Même si les retombées économiques peuvent s’avérer difficiles à chiffrer, les Expositions universelles et les Jeux olympiques constituent également des moteurs d'activité indéniables. Optant pour des Jeux économes, la France peut espérer faire aussi bien – voire mieux – que Londres en 2012, rentrée dans ses frais malgré un budget conséquent. Quant aux six mois d’une Exposition universelle, ils ont le potentiel de lancer un processus de progrès et d’innovation sur des années. Ils sont notamment crédités de doper le PIB (selon les estimations, 0,4 % pour Milan, 2 % pour Dubaï) et de créer des emplois (100 000 et 277 000 attendus respectivement).


« Au niveau local, Jeux olympiques et Exposition universelle sont de véritables catalyseurs de grands projets d’infrastructure. Ils offrent à la ville hôte une opportunité unique de régénération urbaine. A l’instar de Londres et de la revalorisation réussie de Stratford, le Grand Paris pourrait accélérer sa montée en puissance et dynamiser ses pôles d’activité », explique Virginie Houzé, Directeur Etudes & Recherche de JLL.
Le calendrier du Grand Paris coïncide en partie avec celui des deux événements, la grande majorité des extensions de lignes ou ouvertures de nouvelles lignes devant avoir lieu avant 2024. La réalisation de certains segments du Grand Paris Express pourrait s’en trouver avancée, avec notamment l’aéroport d’Orly relié à Paris dès 2023 au lieu de 2024. Quoi qu’il en soit, l’avancement du Grand Paris représente un atout de taille en faveur des deux candidatures, qui bénéficient ainsi de garanties substantielles en termes d’infrastructures de transport.


Si Expo 2025 ne prévoit aucun bâti, les JO 2024 en revanche nécessiteraient diverses constructions (piscine, parc et village olympiques, centre des médias). Ces sites attirent déjà la convoitise de nombre de communes autour de Paris, soucieuses de bénéficier d’un élan similaire à celui produit par le Stade de France en 1998. A ce jour, deux scénarios d’implantation, Nord et Sud, s’opposent. Accessible et avec suffisamment de disponibilité foncière, la Seine-Saint-Denis semble bien positionnée.


En matière d’immobilier, les effets positifs s’échelonnent avant, pendant et après les événements. L’impact sur le marché résidentiel, généralement faible dans les pays développés, devrait rester modéré en France. En revanche, le prix des biens liés aux activités logistiques, touristiques et de distribution pourrait s’envoler, comme cela a été le cas dans l’hôtellerie tokyoïte, dans l’attente de taux d’occupation record. « Les prix du foncier sont susceptibles de connaître une hausse rapide à proximité des sites et l’immobilier d’entreprise pourrait bénéficier d’une forte demande et de taux de vacance très bas, comme cela a été observé à Pékin », précise Virginie Houzé, Directeur Etudes & Recherche chez JLL.
Au final, des perspectives de rendements plus élevés devraient favoriser la diversité géographique des investissements immobiliers.


Dans l’optique du Grand Paris, lequel des deux événements la métropole gagne-t-elle le plus à remporter ? Les six mois d’une exposition universelle ont le potentiel d’attirer 80 millions de visiteurs, contre dix fois moins pour les Jeux olympiques.

Cependant, l’effet de levier des Jeux semble plus puissant en termes d'investissement et de croissance économique, et positionnerait plus clairement la région sur l’échiquier international. Deux caractéristiques de la candidature olympique présentent en outre des garanties pour les investisseurs : voulus comme « écologiquement responsables », les jeux favoriseraient des programmes immobiliers durables et de qualité, tandis que la réutilisation d’infrastructures existantes n’obèrerait pas les retombées économiques attendues dans l’ensemble du Grand Paris.