Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Paris

Les investissements hôteliers globaux devraient atteindre 68 milliards$ en 2015


Paris, le 6 février 2015 – Après 60 milliards de dollars investis en 2014, le département Hotels & Hospitality de JLL prévoit un volume mondial d’investissements hôteliers en hausse pour la huitième année consécutive. Il pourrait atteindre 68 milliards de dollars en 2015, soit 15% de plus qu’en 2014.
« Le marché hôtelier continue de progresser et les investisseurs démontrent un fort appétit pour cette classe d’actif » déclare Yves Marchal, Directeur Général Europe du Sud JLL Hotels & Hospitality.
Plusieurs raisons expliquent cette tendance haussière, notamment :
 - La forte demande
 - L’abondance de dette et de liquidité
 - Des niveaux record de ventes d’actifs individuels
 - Davantage de portefeuilles en vente dans les marchés secondaires
-  L’augmentation des flux de capitaux internationaux
« Par ailleurs, nous anticipons une hausse du revenu par chambre disponible (RevPAR) de 5 à 8% dans le monde cette année, une bonne nouvelle pour le secteur qui nous conforte dans nos prévisions d’investissements à la hausse » poursuit Yves Marchal.
Dans la région Europe, Middle-East & Africa (EMEA), les volumes devraient également progresser de 15% pour atteindre 24,7 milliards de dollars. Le continent américain devrait enregistrer le plus gros volume d’investissements avec 34,5 milliards de dollars, tandis que l'Asie-Pacifique fermera la marche avec une prévision de 8,5 milliards de dollars.
Les enjeux du marché de l’investissement hôtelier mondial en 2015
Les fonds de private equity basés aux États-Unis et les investisseurs Moyen-Orientaux devraient rester les premiers exportateurs de capitaux en volume. En revanche, ce sont les Chinois qui enregistreront la plus forte augmentation de leurs flux vers l’étranger, à hauteur de 5 milliards de dollars soit 7% des flux totaux.
Les flux en provenance de Chine ont déjà connu une forte croissance en 2014 en raison d’une économie au beau fixe, de la montée de la monnaie chinoise et de l’allégement par le ministère chinois du commerce du processus d'approbation pour les achats à l'étranger. Ces ajustements ont permis aux investisseurs chinois d’accéder plus facilement aux marchés des capitales mondiales telles que Londres, Paris, New York, San Francisco et Sydney.
La Chine devrait ainsi rejoindre le classement des plus gros exportateurs d’argent avec les Etats-Unis ou le Moyen-Orient, alors qu’il y a quelques années elle ne faisait pas partie du top dix.

L’investissement en France
En 2014, le volume investi s’est établi à 2 milliards d’euros soit une baisse de 15% par rapport à l’année précédente 2013, année exceptionnelle animée par la vente de trois grands portefeuilles. Il s’agit tout de même de la troisième meilleure année de la décennie après 2005 et 2013.
« Les cessions du Marriott Champs-Elysées et du Méridien Etoile à Paris ont représenté à elles seules 30% du volume total. Comme en 2013, le marché est resté concentré sur Paris avec 64% des ventes » précise Gwenola Donet, Directrice France de JLL Hotels & Hospitality.
Les investisseurs français ont une nouvelle fois été les plus actifs avec 37% du volume total investi, suivis par les Moyen-Orientaux et les Asiatiques à égalité avec 22% et enfin les Américains avec 16%. Les fonds de Private Equity dominent toujours le marché avec près de 60% du volume.
Le marché de l’investissement hôtelier ayant démontré sa bonne liquidité et sa maturité, l’’année 2015 s’annonce encore meilleure. Le volume des investissements devrait atteindre 3 milliards d’euros, notamment grâce à la vente de quatre grands actifs à Paris dont l’Intercontinental Paris le Grand et de trois portefeuilles dont celui du Groupe Louvre Hotels.
« Les conditions de financement diversifiées et attractives tirent les volumes vers le haut. La nouvelle politique monétaire de rachat de la dette souveraine de la BCE devrait aussi y contribuer. En ce qui concerne les performances hôtelières en France, nous anticipons une légère hausse de 1 à 2% du RevPAR contre -0.2% en 2014 » ajoute Gwenola Donet.
Cette année sera également marquée par la multiplication des projets de conversion d’immeubles de taille moyenne en hôtels ou en auberges de jeunesse et par une présence affirmée des investisseurs chinois, qu’il s’agisse d’acquisitions d’hôtels ou d’accords commerciaux avec des groupes hôteliers.