Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Paris

L’immobilier : un formidable catalyseur du travail collaboratif !


Retrouvez les conclusions de notre nouvelle étude avec les témoignages d’entreprises comme Orange, Renault, le Crédit Agricole et la société néerlandaise UNIT 4

Paris, le 16 avril 2014 – Les dirigeants des plus grandes entreprises voient dans le travail collaboratif une source d’avantage concurrentiel et un levier de création de valeur. Selon eux, il favorise l’intelligence collective, l’agilité, le social learning, et le lien social.

Aujourd’hui, le Management  impulse un nouvel état d’esprit, vers plus d’ouverture, de confiance, et d’adhésion. Il est conscient que l’environnement de travail a le pouvoir de rapprocher les gens, créant les conditions du partage du savoir et de l’innovation.

L’immobilier devient un catalyseur du travail collaboratif, à condition de savamment doser trois ingrédients essentiels : la proximité, l’intimité et la « permissivité ».

La proximité d’abord, qui permet d’instaurer une logique d’horizontalité et de communauté de valeurs, en faisant tomber les barrières managériales. Cela passe par un environnement de travail favorisant le brassage et la socialisation, par exemple au travers de lieux de vie et de rencontres informelles, d’une ambiance « comme à la maison » ou de services proposés sur le lieu de travail.

L’intimité ensuite, qui correspond à la liberté offerte à chacun de choisir les lieux, les moments et les partenaires de son travail. Cela passe par un environnement de travail offrant une intimité visuelle et sonore, des outils technologiques rendant possible le travail nomade, et une palette de lieux de vie et de travail mis à la disposition des collaborateurs, selon le principe de l’activity-based workplace.

Enfin, les bureaux doivent garantir une certaine « permissivité », afin de rendre possible, voire d’inciter les collaborateurs à interagir de façon informelle et spontanée. Il s’agit de faire évoluer la culture organisationnelle vers un environnement de travail favorisant l’interaction et la co-création. Celui-ci doit offrir une variété d’espaces collaboratifs, travailler sur les atmosphères, voire réserver au sein de l’entreprise des espaces ouverts à ses partenaires et à ses clients, dans une logique d’innovation ouverte et d’écosystème.

Ainsi, les entreprises interrogées dans le cadre de notre étude sont formelles : un environnement de travail bien pensé est un puissant incubateur du travail collaboratif. Il peut trouver son expression dans différentes formes : un « eco-campus » de l’innovation pour faire face à un environnement hyper compétitif dans le cas d’Orange, la flexibilité des espaces et de l’organisation du travail pour une meilleure synergie et une circulation de l’information facilitée chez Renault, l’horizontalité pionnière de l’emblématique campus HEC, le travail « coopératif » sur le campus Evergreen du Crédit Agricole, ou encore les nouvelles conceptions du travail, de la création et des rapports humains dans les espaces de coworking.

Autant d’exemples qui montrent qu’investir dans les bureaux pour en faire des catalyseurs du travail collaboratif offre l’assurance d’un fort retour sur investissement.