Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Paris

Jones Lang LaSalle analyse la qualité du parc de bureaux de la métropole du Grand paris


Attractivité pour les Entreprises : face à ses concurrentes « megacities » comme Londres, New-York ou Tokyo, la métropole du Grand Paris saura-t-elle rattraper son retard en ce qui concerne la qualité de son offre de bureaux ? 
 
Paris, le 9 janvier 2014 - L’analyse* de la qualité du parc de bureaux réalisée par Jones Lang LaSalle démontre qu’avec seulement 16% d’immeubles de bureaux aux standards internationaux (Grade A), la métropole du Grand Paris (Paris et sa 1ère Couronne) accuse un retard important face à la concurrence des autres grandes métropoles internationales.
 
A l’échelle des plus grands marchés de bureaux mondiaux, Tokyo offre 20% de mètres carrés de bureaux de qualité de plus que la métropole du Grand Paris et New-York, quatre fois plus . « Si l’on se concentre uniquement sur Paris intra-muros et la Défense, ce ratio est tombe à 10% du parc alors que pour « Central London » on parle de 15 à 20% du parc de bureaux», explique Virginie Houzé, Directeur Etudes & Recherche de Jones Lang LaSalle. 
 
La qualité de l’offre de bureaux est un facteur essentiel de l’attractivité d’une métropole pour les grandes entreprises. Ces dernières pilotent désormais leur immobilier tertiaire comme un outil de management. Elles sont à la recherche d’immeubles de qualité qui sont les seuls à leur permettre de mettre en place des aménagements à la fois adaptés à leur management et évolutifs pour accompagner les changements de plus en plus rapides de leurs organisations.
D’ailleurs, 75% des entreprises du CAC 40 ont  loué des immeubles aux standards internationaux au cours des trois dernières années.
 
La métropole du Grand Paris, en tant que « megacity », doit donc de se doter rapidement d’un parc de meilleure qualité pour garder sa place dans la compétition internationale et continuer à attirer les entreprises.
 
L’atteinte de cet objectif sera un rendez-vous incontournable de la réussite du Grand Paris et du maintien de la capitale dans le concert des villes-mondes. Les 1,7 million de mètres carrés de bureaux en chantier et livrables sous 3 ans dans le périmètre de la métropole du Grand Paris ne suffiront pas à inverser la tendance. Une politique volontariste de construction et de rénovation sera donc nécessaire. 
 
« C’est un défi majeur pour la capitale mais c’est également une opportunité d’investissement extraordinaire qui s’ouvre à la fois en matière de construction et de rénovation du parc existant », ajoute Benoît du Passage, Président de Jones Lang LaSalle France et Europe du sud. 


 
*Pour cette étude, Jones Lang Lang LaSalle a noté le parc immobilier francilien selon 3 grandes familles de critères: flexibilité des espaces de bureaux, technicité du bâtiment, qualité des services offerts aux occupants. La qualité des immeubles en IDF sera désormais intégrée dans toutes les études de Jones Lang LaSalle.