Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Paris

Les 5 risques à maîtriser pour les Directions immobilières


Paris, le 4 juillet 2013 - Jones Lang LaSalle publie sa 2ème enquête (Global Corporate Real Estate Survey) menée auprès des directions immobilières.
Cette enquête exclusive vise à mieux appréhender  l’avenir de la fonction immobilière.
Plus de 600 Directeurs immobiliers dans 39 pays y ont répondu. 20 secteurs d’activité sont représentés dont la banque et la finance, l’énergie, la technologie, les télécommunications, l’industrie et les services aux entreprises

Le retour d’expérience des entreprises interrogées au niveau national ou international met en avant 5 risques majeurs pour la fonction immobilière :

 

1/ Les pressions grandissantes qui pèsent sur la fonction immobilière augmentent le risque de sous-performances

 

Les directions immobilières sont mises au défi et doivent élargir leurs missions, pour créer de la valeur.
Cette tendance, qui s’est intensifiée depuis notre étude de 2011, pousse les directions immobilières à engager une transformation progressive. De nombreuses directions immobilières pâtissent ainsi d’une pénurie des compétences qui leur permettraient de concevoir des espaces de travail  performants et d’aborder la question de la productivité des collaborateurs. Dans ce contexte, la capacité des directions immobilières à assumer pleinement leurs nouvelles missions parait très compromise.

 

2/ Face à cette pression, l’externalisation de la fonction immobilière s’accélère

 

Les exigences qui pèsent sur les directions immobilières tendent à accélérer l’externalisation de la fonction immobilière dans un nombre grandissant de régions, de secteurs d’activités et de lignes de services.
Les entreprises ayant déjà eu recours à l’externalisation de la fonction immobilière sont toujours à l’affût de nouveaux modèles de prestations. Aujourd’hui, un nombre croissant de nouvelles entreprises s’engagent dans l’externalisation en empruntant des voies diverses. La plupart considère l’externalisation comme un partenariat, et elles sont de plus en plus nombreuses à impliquer la Direction des Achats dans les décisions immobilières.

 

3/ L’aménagement des espaces de travail est un levier essentiel de performance des collaborateurs et de création de valeur

 

Depuis des années, l’adoption de nouveaux styles de travail et la mise en place d’espaces de travail collaboratifs ne se sont pas traduits par des décisions concrètes. Les choses évoluent aujourd’hui rapidement. L’aménagement des espaces de travail trouve un nouvel écho dans les pays développés. L’accent est mis sur la maîtrise des coûts, les gains d’efficacité et l’amélioration de la performance. Dans les pays émergents, dont la forte croissance montre des signes d’essoufflement, l’aménagement des espaces de travail gagne également en pertinence et en dynamisme. De manière générale, lorsque l’aménagement bénéficie des investissements nécessaires, la fonction immobilière  peut peser d’un vrai poids en matière de stratégie et de création de valeur.

 

4/ La direction immobilière doit porter le changement

 

L’attention croissante portée à l’aménagement des espaces de travail exige des directions immobilières une transformation culturelle. Elles doivent apprendre à travailler avec les autres départements  pour s’imposer comme les experts du changement.
La collaboration entre les directions immobilières et  les départements informatique(IT), les ressources humaines (RH) et la direction financière est déjà à l’œuvre. À l’avenir, cette collaboration, va s’avérer indispensable si l’on souhaite exploiter toute la valeur des espaces de travail. En se saisissant de cette opportunité, les directions immobilières pourront élargir leur influence et renforcer leur positionnement au sein de l’organisation.

 

5/ De mauvais résultats dans les marchés émergents peuvent nuire à l’image de la fonction immobilière
Les dirigeants d’entreprises auront des attentes fortes en ce qui concerne la qualité des prestations immobilières dans ces marchés émergents, souvent opaques. Les coûts et les délais requis pour assurer de hauts niveaux de prestations seront élevés. Ainsi, des compromis sur la qualité devront inévitablement être faits. Si les prestations immobilières ne sont pas consciencieusement gérées, elles peuvent mettre en péril l’image de la direction.

 

 ​