Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Témoignage Renault

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Témoignage entreprise

Le travail collaboratif, réponse aux enjeux de qualité, de coûts et de délais

focus Renault   | Etude | JLL

Cécile de Guillebon, Directeur de l'Immobilier et des Services Généraux Monde
Pierre Rousselet, Référent Corporate Espaces de Travail, Salles de Réunion et Véhicules d'Entreprise



« ​Le travail en mode projet est partie intégrante de notre ADN. Il est une condition essentielle au développement optimisé de nos produits en matière de qualité, de coûts et de délais. Les enjeux de collaboration sont donc au coeur de notre approche en matière d’environnement de travail et Renault a été un pionnier en matière de flexibilité des espaces de travail. ​»​

Le cycle de vie d'un véhicule (depuis sa conception et sa fabrication, jusqu'à sa vente, son après-vente et son recyclage) est par nat​ure très transverse ; il requiert le maillage de toutes les compétences et de tous les métiers de notre entreprise, à chaque stade de développement du véhicule. Le travail collaboratif correspond donc à un mode d'organisation nécessaire chez Renault. Il nous confronte de façon récurrente à un questionnement fondamental : devons-nous nous organiser selon une logique projet… ou métier ? Chaque mode de fonctionnement ayant ses avantages et ses lacunes, nous basculons très fréquemment de l'un vers l'autre.

En outre, nous connaissons depuis de nombreuses années un puissant mouvement d'internationalisation : nous sommes présents dans 128 pays. Nous avons donc investi dans des outils de nous permettant de collaborer à distance. A cela s'ajoute le contexte de notre alliance avec Nissanqui nous conduit à partager certaines ressources et certains services.

A quels défis le travail collaboratif doit-il répondre chez Renault aujourd'hui ?

1. La rapidité. Nous sommes fortement challengés dans ce domaine : en témoigne la durée moyenne des cycles de conception d'un véhicule, qui se réduit en permanence. Le temps de développement des véhicules constitue dans notre industrie une composante puissante d'efficacité.

2. L'affranchissement de l'ancrage physique au poste de travail. Plus de 80% de nos collaborateurs sont équipés d'un ordinateur portable, afin de pouvoir travailler de façon nomade au sein de leur site, mais également sur d'autres sites ou à domicile. Renault est d'ailleurs la 1ère entreprise industrielle en matière de pénétration du télétravail : nous comptons aujourd’hui près de 1500 télétravailleurs.

3. Le partage des espaces de travail et la collaboration, en leur sein, de populations très diverses en matière de culture, de niveau d’études, etc. Nous avons déployé d’importants efforts en matière d’accompagnement, afin de favoriser le management transverse. Dans le cadre de notre rapprochement de Nissan, nous avons proposé à nos collaborateurs des sessions de sensibilisation à la culture japonaise.​

Quelles réponses immobilières ?

Un mode d’implantation et de travail très majoritairement en open space Chez Renault, tous les projets d’implantation se font en mode open space : les règles d’attribution des bureaux fermés sont très restrictives, nous permettant de dénombrer moins de 3% de postes de travail cloisonnés. 

Espaces collaboratifs d’un nouveau genre

Nous constatons aujourd’hui que nos collaborateurs participent à de plus en plus de réunions, et que celles-ci sont de plus en plus informelles. C’est une vraie rupture par rapport à il y a une dizaine d’années - les gens se réunissaient moins, il suffisait de prévoir des salles de réunion de 6-8 personnes et plus, et une chaise visiteur au poste de travail, pour couvrir l’essentiel des besoins de réunion. Par ailleurs, notre analyse de l’utilisation des salles de réunion nous permettait de constater récemment : que 50% des réservations n’étaient pas honorées ; que dans 40% des cas l’échange réunissait au maximum 4 personnes ; que le besoin de disposer d’outils facilitant le partage de documents sur des écrans était de plus en plus systématique. Afin d’accompagner ces évolutions, nous avons totalement repensé notre offre en matière d’espaces collaboratifs. Aujourd’hui, presque toutes les salles de réunions sont équipées a minima d’un matériel de projection (vidéoprojecteur ou écran plat) et d’un téléphone ou d’une « pieuvre téléphonique » ; nous mettons à la disposition de nos collaborateurs des « boquettes» : des petites salles pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes, équipées de tables en forme de trapèze et d’écrans de partage. Nous les incitons par ailleurs à faire évoluer leurs comportements, afin de tirer pleinement profit des possibilités offertes par leur environnement de travail : les réservations de salles doivent systématiquement faire mention du nombre de personnes à réunir, et de plus en plus de managers utilisent leur bureau comme un espace de réunion - pour eux lorsqu’ils sont dans les locaux, et pour leurs collaborateurs lorsqu’ils​ sont absents. Compte tenu du succès des boquettes, notre objectif est dorénavant d’équiper nos nouveaux espaces d’1 boquette pour 10 collaborateurs. 

Investissement dans les outils de travail collaboratif 

Aux côtés de la reconfiguration de nos espaces collaboratifs, nous avons doté nos collaborateurs de nouveaux outils. Téléphonie sur IP et agendas partagés sont entrés dans les moeurs. Messagerie instantanée, « live meetings » et partage de bureaux ou d’écrans permettent à nos collaborateurs d’échanger à distance sur leurs documents de travail. Résultat ? Ces outils ont rendu possible la collaboration à distance et ont été très rapidement utilisés par l’ensemble de nos métiers ! De ce fait, l’usage des équipements de visioconférence est devenu plus irrégulier : manque de besoin, ou inadéquation de l’offre au besoin ? La question est à l’étude, d’autant que l’utilisation des outils collaboratifs est une solution intéressante en matière de réduction des dépenses liées aux déplacements professionnels, autre sujet sur lequel Renault est très vigilant…​