Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Le changement, c'est tout le temps !

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Le changement, c'est tout le temps !​​

L'immobilier, reflet et levier du changement​​​

​Les bureaux d’une entreprise sont tout à la fois être le reflet et le levier du changement organisationnel.

Mondialisation, exigences croissantes des clients, développement de nouvelles technologies… autant de facteurs accélérant les transformations organisationnelles. Le quotidien des entreprises est fait de changement, d’agilité, de gestion des imprévus, de refonte perpétuelle, de remise en question continue… L’entreprise est un corps mouvant.

Or, on observe que les changements les plus ambitieux se traduisent fréquemment par une transformation immobilière : déménagement, refonte de l’aménagement, regroupement sur site unique, etc. En outre, les entreprises que nous avons interrogées ont révélé que, chaque année, entre 25% et 40% de leurs effectifs étaient déplacés. Comme si l’environnement de travail était le « passage obligé » de la transformation organisationnelle : le moyen pour les équipes dirigeantes de manifester à tous - collaborateurs, managers mais également partenaires externes ou clients - la mue de l’entreprise. Comment expliquer ce lien particulier entre changements organisationnels et immobilier ? Dans quelle mesure les bureaux d’une entreprise peuvent-ils supporter l’impulsion de nouveaux objectifs stratégiques ?

Notre conviction est que l’aménagement tertiaire, et plus largement l’immobilier, constituent de puissants outils de transformation de l’entreprise, et qu’ils peuvent soutenir le projet stratégique d’une organisation. Toutefois, transformer les bureaux pour changer l’entreprise est une opération à la fois prometteuse et délicate, qui requiert un effort d’accompagnement conséquent à destination des collaborateurs. Mais l’enjeu en vaut la chandelle ! La lecture des pages qui suivent vous permettront d’en juger par vous-même… 
 
L'IMMOBILIER EST UN REMARQUABLE OUTIL DE CHANGEMENT
« Donner corps » à une fusion, fluidifier la chaîne d’innovation, recréer du lien suite à un plan social, réunir les conditions d’une nouvelle qualité de vie au travail pour une performance retrouvée, ancrer le nouveau positionnement d’une entreprise sur son marché… autant d’exemples de projets d’entreprise qui peuvent être avantageusement soutenus par des décisions immobilières.

L’IMMOBILIER SEUL NE PEUT PORTER LE CHANGEMENT
Si l’immobilier constitue un formidable levier de transformation organisationnelle, l’espace seul ne peut rien : il ne suffit pas de mettre deux collaborateurs côte à côte dans un open-space pour qu’ils communiquent…

L’HOMME N’EST PAS ANTHROPOLOGIQUEMENT RÉSISTANT AU CHANGEMENT…
L’idée la plus communément admise en matière de changement organisationnel, c’est probablement celle qui fait du collaborateur un réfractaire absolu à toute forme de transformation de son environnement, de son management ou de ses modes de travail…

... MAIS LE RAPPORT DE L’HOMME À L’ESPACE EST COMPLEXE
Modifier l’environnement de travail revient à créer de nouvelles modalités de socialisation et à redéfinir les notions de territoires personnel et de groupe. Pour qu’une telle transformation soit réussie, il est essentiel de mener une réflexion préliminaire sur la façon dont on veut faire travailler les individus.

LA DYNAMIQUE DE GROUPE, À LA FOIS FREIN ET FACILITATEUR DU CHANGEMENT
L’une des plus grandes forces de résistance au changement est le conformisme au groupe d’appartenance. La clé de la réussite, c’est donc de faire avancer le groupe ensemble.

L’IMPLICATION DES COLLABORATEURS DANS LES PROJETS EST ENCORE RÉDUITE
Trois niveaux de participation :

L’information
Il s’agit d’une démarche exclusivement descendante (« top-down ») : le porte- parole du projet explique ce qui a été décidé.    

La consultation 
Cette dernière permet de « prendre la température » concernant les attentes et les besoins. Elle permet également de « tester » les pistes de solutions envisagées.

La participation
Elle est fondée sur l’implication des collaborateurs et/ ou des IRP dans le processus de décision. Il s’agit à n’en pas douter de la démarche la plus mobilisante et motivante, puisqu’elle dote les parties impliquées d’un certain pouvoir de négociation et d’influence, leur permettant de peser sur l’orientation du projet.

LES CLÉS D’UN PROJET DE TRANSFORMATION RÉUSSIE
3 leviers d’influence essentiels mis en avant par les psychologues et les sociologues :

L’habeas Emotum ou Intelligence Émotionnelle 
Littéralement : « Aies tes émotions ! ». L’émotion liée à un changement peut être gérée de façon positive et se muer en motivation et en dynamique favorable au projet de transformation. Mais pour cela, elle ne doit pas être occultée : les porteurs de projet doivent la reconnaitre, l’accepter et la gérer. « L’intelligence... » émotionnelle » est un ingrédient indispensable à la réussite des projets.

Le débat conceptuel
Instaurer un débat constitue un excellent moyen de faire tomber les craintes et les appréhensions, pour inciter les gens à faire évoluer leurs comportements. En matière de changement, la pédagogie est essentielle. En répondant aux questions, elle permet de dépasser les opinions et les représentations communément admises, pour construire de nouveaux équilibres, de nouveaux modes relationnels et de nouvelles réalités. Le projet de transformation réussi est celui qui fait évoluer l’entreprise toute entière.

L’effet pygmalion ou prophétie auto-réalisatrice
Les sociologues mettent en avant le rôle déterminant de nos représentations sur nos actes effectifs. Ils révèlent que le comportement des individus est plus lié à la perception qu’ils ont de la réalité qu’à la réalité elle-même. L’idée a été appliquée au domaine du management3 , pour montrer que l’image qu’un collaborateur a de lui et de son manager est essentielle, et qu’il tend le plus souvent à faire ce qu’il croit que ce dernier attend de lui. Le changement bien conduit est donc celui qui responsabilise le collaborateur, en faisant de lui un ambassadeur du projet.

Haut de page