Skip Ribbon Commands
Skip to main content

Financement : faites le T.R.I. !

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Financement : faites le T.R.I. !

Au moment d’envisager le financement d’une acquisition, ou le refinancement d’un portefeuille et pour optimiser le délai d’obtention d’une offre ferme, quelques questions méritent d’être posées s’agissant des banques que vous approchez :​

•       Combien de prêteurs seraient disposés à émettre une offre ? Les connaissez-vous ?

Ce type d’immeubles est-il au cœur de leur stratégie ?

Le profil de risque est-il conforme à leurs attentes du moment ?

Leurs équipes sont-elles disponibles dans le calendrier qui est le vôtre ?

Ont-ils déjà financé un projet similaire qui les empêche de vous suivre ici ?

Au fil des opérations êtes-vous devenu un trop gros emprunteur ?

La taille du projet rentre-t-elle dans ses critères ? Avec qui pourrait-elle s’associer ?

Y aurait-il un prêteur étranger, ou alternatif, plus rapide, ou capable de vous prêter davantage 
et/ou plus longtemps ?

Vous propose-t-on vraiment le meilleur prix ?


Dans un marché de l’investissement où le rythme des transactions s’accélère, que vous soyez acheteur ou vendeur, analyser avec nous en amont les options de financement vous fera gagner en efficacité.​​


 Panorama des financements : Bilan 2015 et Perspectives 2016

Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. 

En 2015, l'afflux de liquidités et la relative pénurie de produits « Core » sur le marché de l'investissement ont poussé les rendements à la baisse, favorisant les investisseurs en fonds propres. Sur les autres classes de risques, les prêteurs ont fait évoluer leur politique d'octroi pour défendre leurs marges.

Volume : Les investisseurs en fond propres ont dominé le marché de l'investissement immobilier en 2015. Le volume de financements immobiliers structurés s'est inscrit en baisse à près de 2,5 milliards d'euros. Le marché a renoué avec ses niveaux historiques d'environ 20% des acquisitions réalisées avec levier (en nombre). Si ce sont toujours les grandes opérations qui ont principalement eu recours à l'endettement, la part des opérations entre 50-100 M€ a doublé en 2015.

LTV : Les prêteurs adaptent rapidement et régulièrement leur politique de risque. Ceci se traduit par une hausse des LTV pour les produits « Core+ » et « Value Add » pour atteindre respectivement 75% et 79%. Quant aux produits « Core », le LTV a légèrement diminué pour atteindre 60%. Cette dernière évolution reflète la baisse drastique des rendements, qui ne permettent plus de satisfaire un Debt Yield suffisant lorsqu'on dépasse un certain levier.

Coûts de financement : Les marges sur les actifs « Core » ont progressivement baissé atteignant un niveau record autour de 90bp fin 2015. Quant au taux de référence, il est désormais négatif jusqu'à une maturité de 5 ans, ce dont profitent peu d'emprunteurs car les prêteurs insèrent une clause de taux plancher dans la documentation du crédit.

Perspectives 2016 : Les perspectives du marché de l'investissement semblent indiquer une part croissante d'opérations « Core+ » ou « Value-Add » », ainsi que des tailles unitaires importantes. Nous anticipons une progression modérée des volumes de crédit, alimentée en majeure partie par une proportion plus importante d'acquisitions avec levier. Le marché du crédit reste toutefois très pointilleux dans l'analyse des risques et nous n'anticipons pas d'envolée des LTV ni de poursuite de la baisse des marges.​